• Ashtar est-il aussi BA’AL, BAAL, BÔL, BEL et Ël ?

     

    Ashtar a échangé sa tête de lion pour celle de ses taureaux destructeurs = Baal = Chronos ?

     

    BA’AL, BAAL, BÔL, BEL et Ël

    Pour les spécialistes de l’histoire des religions, Bôl est très nettement une contraction de Ba'al.

    Le passage de Ba’al à Bôl résulte de la chute du 'aïn dans ce nom palmyrénien. Si la solidité du 'aïn dans les langues sémitiques est très forte, ce n’est pas le cas pour les autres langues qui l'ignorent. Le 'aïn est imprononçable pour des non-sémites. On ne perçoit plus alors que des sons aa, a, e, o.

    Si les mots ainsi modifiés par un peuple non sémite retournent en milieu sémitique, ils peuvent ne pas reprendre le 'aïn. Tel parait avoir été le cas de « Bêl ». Il en est de même du nom d'Ishtar écrit à Palmyre 'STR, à côté de 'STRT', Astarté, son équivalent demeuré en milieu syrien.

     

    'Bôl-'Ashtar détruit et guérit :

    Il fait partie du groupe nombreux des dieux guérisseurs. Contracté en BNWR, il signifie : « Bôl (est) lumière » Bêl a hérité de cette prérogative, NWRBL veut dire en effet : « Lumière (est) Bêl ». Ce nom trouve une confirmation dans le nom divin Bôl-'Até. En effet les Phéniciens et les Syriens appellent Kronos : « Èl (Al le compagnon d’Adam ?), Bêl et Bôl-'Até.

    Le concept divin 't' ou 'th représente originairement l'étoile du matin. Car 'Até et 'Atar représentent, l'un et l'autre, la planète Vénus, en qualité de roi ou de reine du ciel ; par suite réunis en une seule planète de l'étoile du matin, masculine, et de l'étoile du soir, féminine. De fait Bôl est aussi bien 'Atar que 'Até, ceci explique qu'il soit « lumière » : plutôt un pâle reflet du Soleil.

    Ainsi, il devient certain que, au fil des siècles et des peuples, Bôl n'est plus qu'un affaiblissement d’un 'Bôl-'Ashtar bien plus ancien qui se confond dans ses actions, bonnes et mauvaises, avec son père Èl.

    Je dois ajouter que Ashtar (cf article : La véritable identité de Ashtar), comme son père Èl, n’est pas seulement un dieu guérisseur (1).

    Dans l’Ancien Testament, Èl montre plusieurs fois aussi sa puissance destructrice : la Bible hébraïque comporte de nombreuses prescriptions pénales, la peine de mort y est fréquente, Ël dit :

    « Tu frapperas Amalec ; et vous devrez vouer à l’anathème tout ce qui lui appartient. Tu ne l’épargneras pas. Tu mettras tout à mort : l’homme comme la femme, l’enfant comme le nourrisson, le bœuf comme le mouton, le chameau comme l’âne. » (1 Samuel 15, 3).

    Aucun exégète ne saurait évidemment nier la dimension violente, voire sanguinaire, du Dieu de l’Ancien Testament : Èl / Ashtar.

    EL détruit l'armée des Amorites avec une grêle de pierres.

     

    Ashtar devient Tout Puissant

    Il est donc évident que Bôl-'Astar est l’ancien dieu Athtar, Ashtar, Ashtôr. Si l'on admet que Bôl est un équivalent de Ba'al, Baal (Maitre, Supérieur, Seigneur) n'était à l'origine qu'un titre, mais le souci de cacher le nom divin a fini par faire presque oublier le nom du dieu, et le titre est devenu le nom véritable.

    La référence à l’Étoile du Matin, a été escamotée. Le passage de Bôl à Bèl (lié à Èl) s'analyse donc comme la disparition d'un dieu lié à une planète (Vénus), et remplacé par un dieu-Ciel, plus universel, s’arrogeant la place de créateur et maitre de l'univers, le Tout-Puissant, ce glissement est une usurpation d’identité.

     

    Astart, épouse de Seth/Ashtar

    L’image de la Grande Déesse (qui pourrait très bien être aussi Lilith) parait avoir beaucoup moins changé mais elle a davantage voyagé. Elle est restée Astarté c'est-à-dire 'Astart du couple archaïque Ashtar mâle et Astart femelle. Astarté déesse de la fertilité et de la sexualité, est assimilée à Aphrodite chez les Grecs, à Inanna/Ishtar en Mésopotamie, elle est aussi l’épouse à Seth chez les égyptiens.

     

    Conclusion

    Ashtar est originairement le dieu-Lion/lionne, son père Èl est le dieu de la bible (assimilé à par les Égyptiens), nous constatons alors que les noms des « dieux » évoluent avec les peuples et leurs traditions linguistiques : et je pense que ce ne sont pas les hommes qui s’adaptent, ce sont les « dieux » qui décident (via le channeling) et leurs prêtres, des "contactés" comme aujourd'hui, qui exécutent.

    Ces dieux sont à la fois guérisseurs et destructeur, ils mènent l’Humanité avec la carotte et le bâton, car ces « dieux » ont des projets pour l’Humanité, et, le temps, les millénaires, bref l’oubli, jouent pour eux et contre nous.

    Les dieux c'est du passé, personne n'y croit plus, alors, il est tout à fait normal qu'Ashtar se fasse passer pour un "extraterrestre"... vous avez constaté comme moi que ses fidèles sont de plus en plus nombreux !

     

    Massalis


    D'après notamment les travaux de M René Dussaud et de M Robert du Mesnil du Buisson

     

     


     

     

     (1) Dieu guérisseur : Il est intéressant de noter que Shiva, le "bienfaisant", le plus vénéré des dieux Hindous, est aussi le dieu de la fin des temps, son autre face se nomme Rudra (le destructeur).
    Comme Ashtar/EL (tel père tel fils) Shiva organise le monde et en même temps représente la destruction, la mort,  les ténèbres. De plus sa monture est un taureau, ce qui nous ramène une fois de plus à Ashtar, et à ses taureaux.

     

    Statue de Shiva offerte par l'Inde pour célébrer sa collaboration avec le CERN, visible dans la cours du siège à Genève...

     (Crédit photo : Arjuna Filips)

     

     

    « La véritable identité de AshtarLe peuple d'Ashtar chez les Polymorphes Egyptiens »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :