• Le peuple d'Ashtar chez les Polymorphes Egyptiens

     

    «Temple aux obélisques»

    Crédit image : Heretiq

     

    Dans les derniers articles Ici et , je vous ai dit qui est Ashtar, le dieu-Lion/lionne, et que Èl, son père, est le dieu de la bible (assimilé à Ré par les Égyptiens), nous constatons alors que les noms des « dieux » changent avec le temps, les lieux et les traditions linguistiques des peuples : le polymorphisme des "dieux" est bien une réalité...

     

    Byblos, Phénicie (Liban), est habitée de manière continue depuis plus de 7.000 ans, ce qui en fait l'une des plus anciennes villes du monde. Elle aurait été fondée vers 5000 av. J.-C. c’est de Byblos que le bois du Liban est exporté vers l’Égypte antique, et que le papyrus est exporté vers la Grèce (papyrus = βύβλος). Son nom en arabe « djoubaïl », « petite montagne », descend directement de la langue Cananéenne. Toute cette région de Syrie, du Liban, de la Palestine était peuplée de tribus sémites, et l’Égypte a toujours exercé, comme les empires Mésopotamiens, une grande influence sur ces terres.


    « Le port était au pied de cette hauteur, à l’Ouest, vers le milieu, on a découvert deux temples remontant aux origines de la ville, et plusieurs fois reconstruits. Ils se trouvent à 40 m l'un de l'autre celui de l'Ouest était dédié à Ashtart, la dame de Byblos, et celui de l'Est à son conjoint, Ashtar, le Ba'al de Byblos. »

    (
    Académie des Belles Lettres 17/12/1969)

     

    (La légende d'un temple phénicien - Comte Robert Du Mesnil du Buisson)


    Le temple de Èl : «Temple aux obélisques», possède un caractère tout à fait particulier, la présence dans la cour et dans la "cella" d'une vingtaine de pierres de bétyles en forme d'obélisques dont la hauteur varie de 0,80 mètre à 3,50 mètres. Les épouses de Èl, ses Ashérat, ou mieux au pluriel ses Ashérôt. Ces déesses, habitaient des bétyles ou pierres de Béthel - la maison du dieu donc un  « Rumphae »  c'est à dire la "Résidence de l'Esprit ou du Génie, Talisman, Relique Symbolique ou Objet chargé énergétiquement" (Source).
     

    Seuls les bétyles de pierre ont subsisté (voir image en tête d'article), mais on peut supposer qu'il y en avait d'autres en bois, les ashérîm, qui ont disparu. Leurs noms nous sont inconnus sauf un, qui est inscrit en égyptien sur un des obélisques : on y a reconnu le nom de Réshéf, représentant Ashtar-Réshéf, c'est-à-dire Ashtar, le dieu de la planète Vénus, que les Giblites nommaient Ba'al Gébal, et les Égyptiens Réshéf.


    Donc, dès le quatrième siècle avant J.C., le panthéon de Byblos était constitué de Èl et de ses épouses Ashérat la déesse mère cananéenne et Hathor l’égyptienne, et leurs fils et fille, Ashtar et Ashtart, ces derniers étaient comme nous l’avons déjà vu les dieux de la planète Vénus (l’Étoile du matin = Lucifer).


    Dans ces temps anciens, les sédentaires y côtoyaient les tribus nomades. Certaines de ces dernières, en provenance de Canaan (actuellement la Palestine, l'ouest de la Jordanie, le Liban et l'ouest de la Syrie), sont même allées jusqu’en Égypte et s’y sont installés. Peut-être lors d’un épisode de famine ? Durant cinq siècles leurs rois et leurs prêtres ont régné sur la basse Égypte, sur le delta du Nil, ils sont connus aujourd’hui sous le nom de « Hyksos ». Leurs dieux étaient totalement compatibles avec les polymorphes Égypte : Èl/Râ-Ré, Ashérat/Hathor, Asthar/Seth,


    Heqa khâseouet (Hyksos en grec) en Égyptiens démotique (ref : Papyrus de Turin qui recense les rois des pays voisins) se traduit selon les experts en : Chef étranger (au singulier) ou Maîtres des terres étrangères (tout au pluriel) ou Souverain (ou Chef) des pays étrangers (singulier et pluriel) ou Chef du pays des montagnes (singulier et pluriel) ou enfin Rois Pasteurs (tout au pluriel), bien que ce soient fondamentalement des pasteurs nomades, cette dernière appellation n’aurait pas la faveur des spécialistes.


    Il est intéressant de noter qu’il y a une certaine proximité entre Byblos / Djoubaïl : « petite montagne » (la Phénicie – Liban - est un pays montagneux) et Heqa khâseouet : « Chef du pays des montagnes »…


    L’aventure égyptienne des Hyksos et de leur(s) dieu(x) Èl/Ashtar/Seth se déroule sur une durée d’environ Cinq siècles. Ils sont arrivés progressivement en Égypte, s’y sont installés, ont prospéré, ont pris le pouvoir politique, mais aussi dans les temples puisqu’ils contrôlaient les ressources de blé, puis, ils ont été chassés d’Égypte, et in fine, ils sont logiquement rentrés chez eux, en Canaan. Bien noter que quand ils ont été chassés, il y avait parmi eux leurs grands prêtres et les prêtres des temples de basse Égypte, emportant probablement une partie du trésor, et tout le peuple se reconnaissant comme Cananéen.


    Toute cette histoire, mise en lumière par l'archéologie, est également contée sous une autre forme dans l’Ancien Testament (voir les textes plus bas).


    Massalis

    D'après notamment les travaux de M René Dussaud et de M Robert du Mesnil du Buisson

     

     Le peuple d'Ashtar chez les Polymorphes Egyptiens

    SETH

    Crédit image : Jeff Dahl

     


     

     

    Extraits de la Genèse


    01 Apprenant qu’il y avait du blé en Égypte, Jacob dit à ses fils : « Pourquoi restez-vous là à vous regarder ? »

    02 Il ajouta : « J’ai entendu dire qu’il y avait du blé en Égypte. Descendez là-bas et achetez-y du blé pour nous : ainsi nous ne mourrons pas, nous vivrons. »

    06 C’était Joseph qui organisait la vente du blé pour tout le peuple du pays, car il avait pleins pouvoirs dans le pays.

    09 Dépêchez-vous de retourner chez mon père pour lui dire : Ainsi parle ton fils Joseph : “Dieu m’a élevé au rang de maître de toute l’Égypte. Rejoins-moi. Ne t’arrête pas !

    13 Vous rapporterez à mon père tout le prestige que j’ai en Égypte et tout ce que vous avez vu. Dépêchez-vous d’amener mon père ici. »

    Genèse ch 42


    01 Israël, c’est-à-dire Jacob, se mit en route avec tout ce qui lui appartenait. Arrivé à Bershéba, il offrit des sacrifices au Dieu de son père Isaac,

    02 et Dieu parla à Israël dans une vision nocturne. Il dit : « Jacob ! Jacob ! » Il répondit : « Me voici. »
    03 Dieu reprit : « Je suis Dieu, le Dieu de ton père. Ne crains pas de descendre en Égypte, car là-bas je ferai de toi une grande nation.

    04 Moi, je descendrai avec toi en Égypte. Moi-même, je t’en ferai aussi remonter, et Joseph te fermera les yeux de sa propre main. »

    Genèse ch 46


    A la fin du chapitre 50 de la Genèse les "fils d’Israël" sont toujours en Égypte. Et, de fait, c’est très étrange de passer, sans transition, de la vie opulente de Joseph, et de toute sa famille élargie à la tribu exposée dans la Genèse, à la dure condition du même peuple dans le livre suivant : l’Exode.

     

     

    « Ashtar est-il aussi BA’AL, BAAL, BÔL, BEL et Ël ?Le dieu de la Montagne »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :