• LA CRÈCHE

    LA CRÈCHE

     

    Noël, période où chaque église, chaque famille, a sa crèche de Noël.
    Pourquoi saint Luc (Lc 2, 8-20) nous décrit la Crèche ?

    Il y a ce qui montré.
    L’enfant Jésus couché dans la mangeoire : l’Incarnation du Verbe « et le Verbe s’est fait chair... », ce n’est plus le pain d’oblation, ce n'est plus le pain de la tribulation, c’est la préfiguration du Pain Vivant le « Corps du Christ ». Accompagné de ses parents Marie et Joseph, mais aussi d’un âne et d’un bœuf.
    Mais pourquoi donc, Marie, princesse de la lignée de David, et Joseph, grand Argentier du Temple (sorte de ministres des finances), sont présentés par Luc dans une crèche ?



    Il y a ce qu’il faudrait voir.
    Cette représentation de la Crèche n’est effectivement pas crédible, il y a donc quelque chose à comprendre. Dans cette vision de la naissance du Fils de Dieu, il y a une surréalité, qui, mise en forme nous délivre un message. Comme souvent dans les Évangiles, ce qui n’est pas montré mais suggéré qui est le plus important. On peut compter sur la Vérité à condition de ne pas être une calculette.
     

    Le Fils de Dieu apparait à l’opposé des éminents personnages de son temps. La Vérité se montre à nous, simple et directe, pas de masque, pas d’apparat. Le Verbe apparaît en toute simplicité, plus que ne pourrait le faire un être humain ordinaire : Incarnation du Verbe, donc vrai Dieu.

    La Vierge est, nous dit-on, la nouvelle Ève. Elle est aussi l'incarnation de la Sainte Sagesse, le miroir de la Très Sainte Trinité. Si la Vierge est la nouvelle Ève, la Crèche est une figuration du Jardin d’Éden, une réactualisation de la Création. Le Christ, appelé le Fils de l’Homme, est ici le fils de la Femme, ici c’est Ève qui donne naissance au Nouvel Adam : En tant que fils de Marie il est vrai Homme.

    Ensuite nous avons l’âne et le bœuf. Le bœuf, est un animal de traction, les bœufs sont utilisés pour le labour la terre, et l’agriculteur est sédentaire (Cro Magnon ?). Par contre, l’âne est un animal de bât, il transporte, il se déplace plus loin que l’extrémité du champ, il voyage de contrée en contrée, celui qui l’emploi est nomade (Néandertal ?). Nous aurions donc, le bœuf qui représenterait Caïn/Cro Magnon le laboureur sédentaire et l’âne qui représenterait Abel/Néandertal le pasteur, le chasseur-cueilleur nomade.

    Et, cette métaphore fonctionne aussi avec d'autres peuples de notre Univers, car il y a aussi des ETs prédateurs, chassés du Paradis toujours pour les mêmes raisons...

    La Crèche est une mise en perspective de la Création pour manifester une réactualisation, pour nous montrer qu’il y a refondation par le Christ. Car il a bien fallut rectifier et redonner une nouvelle direction, un nouvel élan, et la Crèche annonce cette Nouvelle Alliance.

    La présence du Bœuf et de l'Âne à la naissance du Christ est aussi un renvoi symbolique du Fils de l'Homme car l'Âne porte dessinée sur son dos la Croix sur sa Robe et le Bœuf les Cornes du Croissant signifiant la Croissance ou la Montée en Puissance de l’avènement du Verbe Incarné !

    De plus, comme dit plus haut, le divin Enfant est mis dans une mangeoire, préfiguration de l'Eucharistie, mais pas seulement. La mangeoire est une sorte de coffre, un vaisseau, une Arche, signifiant que le Christ est venu, non seulement renouveler les anciens commandements, mais aussi, nous en donner de nouveaux. Il s'agit bien de l'Arche de la Nouvelle Alliance.

    Avons-nous observé les commandements, anciens comme nouveaux ? J'en doute...

    In fine, n’oublions pas que "... le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité."
    (St Jean Ch 1 verset 14)

     

    « Le salut militaireLe Daïmon de Sodome »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :